Participations OIKOPOLIS

Pour des raisons de technique financière, l’extension de OIKOPOLIS sàrl fin 2005 en OIKOPOLIS Participations SA, huit ans presque jour pour jour après la fondation de la première société le 19 décembre 1997, fut une bonne décision. Et pourtant cette restructuration du groupe en holding ne poursuivait pas exclusivement le but de créer un instrument commun servant à procurer des capitaux aux entreprises impliquées.

En effet, dès 2005 apparaissait une tendance qui s’est renforcée jusqu’à l’heure actuelle : de plus en plus d’entreprises des branches concernées cherchent activement le contact avec le groupe OIKOPOLIS, dans l’espoir de pouvoir opérer au sein de sa société de participation. Car les producteurs et prestataires de services qui poursuivent des objectifs socio-écologiques désirent ou doivent s’associer à des communautés solides, s’ils veulent assurer l’avenir de leurs entreprises.

Des motivations diverses

Les entreprises membres du réseau OIKOPOLIS ont un point commun : la perspective des synergie vitales. Pourtant, chacune d'entre elles a une motivation propore qui l'a poussé à fire partie du réseau. Quant au Kass-Haff, par exemple, l’avenir s’envisageait plutôt sous forme de nouvelles structures, car cette entreprise familiale de tradition agricole n’offrait plus de perspectives valables.

Ce dilemme est bien connu de tout fermier qui reprend une ferme: les capitaux sont liés à la terre et aux machines. Le désintéressement des cohéritiers et les investissements inéluctables risquent rapidement de menacer la survie de l’entreprise.

Dans ce cas, la création d’une s.à.r.l s’offrait comme solution. Cette forme de société, avec plusieurs associés, permettait de maintenir les capitaux dans l’entreprise et de trouver de l’argent frais auprès des nouveaux associés, dans ce cas précis, OIKOPOLIS Participations et des personnes privées, sans lesquelles une intervention auprès des banques n’aurait pu aboutir.

La preuve de l’existence de capitaux propres suffisants a finalement pu débloquer les crédits nécessaires pour assurer l’avenir de l’entreprise.

Grandir par la force de l’union

Ainsi, le Kass-Haff a pu être tiré d’affaire, ce dont le groupe a su profiter lui aussi. Car même les petits « acteurs du marché » peuvent réussir en terrain difficile, à condition d’agir en commun. L’essentiel d’une telle reprise de participations, c’est leur effet de soutien. Grandir pour grandir n’est pas un objectif du groupe OIKOPOLIS, aussi peu que celui du « pouvoir économique en soi ». Tout en cherchant des collaborations nouvelles, OIKOPOLIS s’efforce de rester fidèle à sa propre philosophie : l’activité économique du groupe et de l’ensemble de son réseau doit rester écologique et « fair play »… „bon pour les hommes donc bon pour la nature… !“.

Voilà une liste des participations réunies sous le toit de OIKOPOLIS Participations SA (en ordre décroissant des participations en pourcentages) :

  • BIOG Molkerei ( = laiterie) sàrl (95,23 %)

  • OIKO-Bakhaus sàrl (50,00 %)

  • Oiko-Consulting sàrl (50,00 %)

  • Äppelhaus sàrl (34,60 %)

  • Hëpperdanger Wandenergie sàrl (32,90 %)

  • Kass-Haff sàrl (30,00 %)

  • AGROTO GmbH (15,00 %)

  • Dudel-Magie sàrl (10,40 %)

  • BIO-OVO SA (10,30 %)

  • BIO-Gärtnerei op der Schanz Altréier sàrl (10,00 %)

  • Naturata AG (< 1%)

  • Naturata eG (< 1%)

  • Bingenheimer Saatgut AG (< 1%)